La peur

La peur

Vois-tu petite sœur, les hommes de ce monde nourrissent le fléau lui-même, je le nomme la peur.

Elle naît de leur étroitesse d’esprit. Ils ne comprennent pas qu’une seule de leur peur enclenche un engrenage, actionnant une réaction en chaîne.

Petite sœur, imagine cet engrenage, il est composé de plusieurs roues, la première entraînant une deuxième, puis une troisième et ainsi de suite pour créer une spirale infernale.

De la peur naît l’impétuosité des hommes les entraînant inexorablement vers un cataclysme sans nom.

Les hommes créent ce qu’ils redoutent et ce fléau se propage comme une traînée de poudre.

Ce fléau est comparable à un énorme raz de marée en gestation se préparant à surgir des profondeurs.

Tu peux le voir aussi comme un édifice sans cesse grandissant car il est une construction née de la peur.

Pourtant petite sœur, un infime grain de sable peut ébranler le mécanisme de cet engrenage, le stopper.

La négligence des hommes de par l’oubli dont ils sont victimes les mène vers leur propre perte.

L’inconscience dont ils font preuve est à la mesure de ce qu’ils vivent aujourd’hui.

je reviens à ce grain de sable petite sœur, aussi minuscule soit-il, il appelle à lui d’autres grains de sable pour former un rempart, une protection.

De part leur nombre en expansion, ces petits grains de sable donneront naissance à une force, un bouclier lumineux.

Tu es ce petit grain de sable petite sœur, tout comme celles et ceux qui, éparpillés de par les rives ressentent l’appel, l’appel du grand large, l’appel du très haut.

Sur vous tous petite sœur soufflera un vent de liberté de par votre courage, votre volonté, votre persévérance, votre rayonnement, votre Amour, vous ferez voler en éclat les rouages de ce fléau.

Sois petite sœur comme ce grain de sable, tout comme lui brille et renvoie l’éclat et la chaleur du soleil.

Va et ne doute pas ! Ecriture inspirée Brigitte

Laisser un commentaire